12/09/2016

L’innovation est essentielle à l’intelligence associative

L’innovation est au cœur de nos sociétés modernes : des modèles économiques disruptifs – Uber en est certainement l’exemple le plus connu – à l’utilisation des technologies numériques qui inondent les populations et modifient profondément les rapports sociaux.

 

Or, le monde associatif tient une place centrale dans l’organisation de nos sociétés. Il permet aux « citoyens de réagir aux grandes transformations sociales, économiques et culturelles »1 et il répond aux besoins des individus dans des sphères depuis longtemps désertées par l’État social.

 

Au-delà de leurs missions, les associations sont elles-mêmes des actrices incontournables du tissu économique national. Le monde associatif regroupe plus de 1.5 millions de salariés, représente 3.2% du PIB français et certaines associations concurrencent directement les entreprises commerciales sur leurs marchés. Bref, de nombreuses associations se professionnalisent.

 

Alors, dans une économie mouvante, qui a fait de l’innovation un véritable modèle économique où chaque projet se développe « en mode start-up », innover est résolument l’affaire du monde associatif.

 

Or, si l’idée séduit, la mise en œuvre semble plus ardue. C’est, du moins, ce qui ressort des discussions rapportées du dernier rassemblement annuel de l’ASAE – le groupement américain des cadres du milieu associatif – qui a eu lieu en août 2016 à Salt Lake City.

 

L’un des défis majeurs identifié au cours des débats de l’ASAE est la longueur du processus décisionnel dans le milieu associatif. Elle serait un frein direct à l’innovation et limiterait même la capacité des associations à suivre le rythme effréné qu’imposent les entreprises commerciales sur leur marché.

 

Cette inertie dans la décision des structures associatives peut, par exemple, freiner l’adoption de nouveaux produits et de nouvelles solutions qui permettraient d’optimiser de nombreuses fonctions, du financement à la communication, en passant par l’organisation interne.

 

Pourtant, de nombreux outils numériques sont particulièrement adaptés à la vie associative : réseaux sociaux, systèmes de messagerie instantanée, applications collaboratives de gestion de projet, outils de construction de newsletters, plateformes de financement participatif, etc.

 

L’enjeu est bien réel pour les acteurs du monde associatif : les financements se tarissent, les donateurs sont toujours plus courtisés, les sollicitations et les appels au bénévolat se perdent dans un espace numérique saturé. Il est bien question de la pérennité des associations.

 

De plus, qu’une association envisage de bouleverser son mode de fonctionnement en adoptant ces outils numériques, ou qu’elle engage une démarche d’innovation au sein même de son offre, chaque changement est un risque.

 

Et l’on sait que la frilosité face au risque est d’autant plus grande dans les associations qu’elles occupent une place centrale dans la société et ont un impact direct sur la vie des individus qui la composent.

 

Toutefois, comme l’encourageaient Mark et Scott Kelly – astronautes retraités de la NASA – lors de leur conférence devant les membres de l’ASAE, la prise de risque est essentielle à la poursuite du succès. Elle remet sans cesse en cause l’ordre établi et fait émerger, dans l’inconfort, de nouveaux champs d’expression.

 

C’est bien le propre de l’innovation !

 

Les associations sont armées pour innover : leur organisation taillée pour l’opérationnalité et l’inépuisable volonté de réussir de leurs membres sont d’incroyables moteurs pour la conduite du changement et pour l’innovation.

 

Les experts Volentis Associations accompagnent chaque jour les acteurs du monde associatif dans cette démarche et partagent l’intelligence économique et sociale de leur association.

 

[1] Christian Van Rompaey. « Association et innovation sociale ». Pensée Plurielle. 2005.

 

Sources :

Ernie Smith. « Why does innovation challenge associations so much? » Associationnow.com

ASAE. The Center for Association Leadership. asaecenter.org

Michel BROSSEAU

Michel BROSSEAU

Associé Groupe VOLENTIS
Expert-comptable & commissaire aux comptes

1 pensée sur “L’innovation est essentielle à l’intelligence associative”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une question ?

Un conseiller est à votre disposition.

Laissez-nous vos coordonnées, nous vous rappellerons très rapidement.